Novembre

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes
Publié le 25 novembre 2017 Laisser un commentaire

Le 25 novembre, c’est la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

L’ O.N.U. a choisi cette date depuis 1960, lorsque des sœurs furent assassinées parce qu’elles militaient pour leurs droits. Elles devinrent alors les symboles du combat pour lutter contre les violences faites aux femmes.

Dans le monde entier, des viols, des coups, des tortures , des meurtres, que subissent les femmes, à cause d’hommes violents, ont lieu à chaque seconde.

La moitié des femmes dans le monde ne vivent pas aussi librement que les hommes.

Dans notre pays, en Europe, il y a de nombreuses agressions contre les femmes, au travail, dans les familles, dans la rue, dans les transports.

En 2016, en France, 123 femmes sont mortes, tuées par leur conjoint.

Actuellement, de nombreuses femmes dénoncent des hommes qui les ont agressées, ou harcelées.

Le gouvernement, avec Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, a lancé une information à la télé pour expliquer que les femmes ne sont pas responsables de ces violences.

Car on entend souvent dire :

« Elle n’avait qu’à dire non ! »
« Elle l’a un peu cherché non ? »
« Elle n’avait qu’à pas s’habiller comme ça ! »

Des manifestations sont organisées dans toute la France samedi pour protester contre les violences faites aux femmes.

À cette occasion, le président Macron a fait un discours pour dire ce que l’Etat français va faire.

Il a dit : « notre société est malade du sexisme «

« L’école a un rôle indispensable ». Un enseignement sera donné dans toutes les écoles pour « la prévention et la lutte contre le sexisme, le harcèlement et les violences ».

« Il faut agir contre la pornographie »

Il y aura une nouvelle loi sur les violences sexuelles ou sexistes, en 2018.

Si vous êtes victime ou témoin d’une agression
Depuis plusieurs années, des personnes africaines fuient leur pays en guerre, ou la misère et la famine, pour tenter de venir en Europe.
Ces gens migrent, car ils sont trop malheureux, ou en danger, chez eux. Ils essaient de trouver de meilleures conditions de vie en se déplaçant dans d’autres pays.

Mais, quand ces personnes traversent le désert, en Lybie, elles peuvent être arrêtées, emprisonnées, et vendues comme esclaves sur un marché.
Le 14 novembre dernier, on découvrait la vente de migrants noirs sur des marchés aux esclaves en Libye. C’est un documentaire américain, sur la chaîne CNN, qui a montré ces ventes.

C’est terrible, car cela rappelle la période de l’esclavage aux États-Unis, quand les Européens allaient capturer des Africains pour aller les vendre aux Américains, ou dans les Antilles. Cela a commencé au début du 17° siècle et a duré jusqu’à la fin du 19° siècle.

Un esclave est une personne considérée comme un objet qui peut être vendu ou acheté. Il est obligé de faire ce que son maître lui demande.
Bien que ce soit interdit, l’esclavage existe encore aujourd’hui dans le monde. On sait que des millions de personnes sont emprisonnées et obligées de travailler, sans être payées.
Il y a beaucoup de femmes et de jeunes filles, esclaves comme domestiques, ou dans le commerce sexuel.
C’est une honte, un crime, et cela s’est aggravé avec la pauvreté et les migrations.

Des artistes, des intellectuels, des footballeurs, d’origine Africaine ou Antillaise, se mobilisent pour protester contre le fait que l’Union Européenne ne fait rien, et même, aide la Lybie à empêcher les Africains de venir en Europe.

La police Lybienne mène une enquête pour retrouver les esclavagistes.

Dyslexie
Publié le 11 novembre 2017 2 commentaires

La dyslexie est un trouble de l’apprentissage de la lecture.

Il atteint 5 à 10 % des enfants. Dans chaque classe, il y a 1 ou 2 enfants dyslexiques. Et de nombreux adultes ont des difficultés pour lire.

Les dyslexiques n’arrivent pas à lire vite et à comprendre les phrases, les textes.

De plus, ils ont souvent des difficultés pour écrire, ils ne parviennent pas à mémoriser les règles d’orthographe.

Ces personnes « dys » sont intelligentes, elles font beaucoup d’efforts, mais quelque chose dans leur cerveau les empêche d’apprendre normalement.

Cela pose de gros problèmes à l’école. Ces enfants vont voir des orthophonistes qui les aident à comprendre et à progresser.

En grandissant, certains progressent bien, mais d’autres ne le peuvent pas assez, et cela devient un handicap.

Avec leurs parents, leurs enseignants, il faut trouver des façons d’apprendre malgré la dyslexie. On peut avoir plus de temps pour lire, utiliser un ordinateur, on peut nous faire la lecture ou être aidé pour écrire.

Certains adultes dyslexiques qui n’ont pas été aidés souffrent beaucoup de ne pas pouvoir bien lire et écrire.

Certaines personnes dyslexiques n’ aiment pas lire, d’autres aiment les livres même si c’est fatigant, il faut relire plusieurs fois pour bien comprendre.

Certaines personnes dyslexiques aiment aussi écrire, même s’ils font beaucoup de fautes. Ce n’est pas si grave, on peut les corriger.

Réchauffement climatique et COP 23

Le réchauffement climatique :
C’est l’augmentation de la température dans les océans et dans l’atmosphère. Cela se produit dans le monde entier et depuis plusieurs années.
C’est à cause des gaz à effet de serre. Ce sont les gaz polluants, venant des moteurs à essence, aux fumées des usines, etc… qui provoquent le réchauffement du climat. Il y a surtout un gaz qui s’appelle dioxyde de carbone ou CO2.
Depuis toujours, le climat change très lentement : les températures se réchauffent, puis se refroidissent, et se réchauffent de nouveau.
Mais maintenant, les activités humaines polluantes rendent le réchauffement plus important et plus rapide.
On utilise de plus en plus de d’énergie polluante pour se déplacer, pour le chauffage et la clim, pour internet, etc…
Des scientifiques surveillent les températures et le climat mondial.
L’année 2016 a été plus chaude que les années d’avant. Et les rejets de CO2 ont été encore plus importants. En 2017 aussi, il fait plus chaud.
On voit que les glaciers fondent dans les montagnes, les banquises aussi, près du pôle Nord et du pôle Sud. Le niveau des mers monte.
La COP 23, c’est la 23° Conférence de l’ONU sur le climat.
La première conférence pour le climat avait eu lieu à Stockolm, capitale de la Suède, en 1974.
Une deuxième conférence s’est tenue au Brésil, à Rio, en 1992, avec la participation de 184 Etats, pour discuter de l’avenir de la planète.
La 3° (COP 3) a eu lieu au Japon, à Kyoto, en 1997, avec un accord international pour réduire les gaz à effet de serre.
Mais depuis, il y a quand même de plus en plus de pollutions avec ces gaz.
Régulièrement, les participants de cette conférence se réunissent pour décider de ce qu’il faut faire pour le climat qui change :
il fait de plus en plus chaud, cela provoque de grandes sécheresses ou des tempêtes et des inondations.
Les pays qui rejettent le plus de CO2 sont les Etats-Unis, l’Union Européenne, la Chine.
Il faut moins polluer dans le monde entier pour limiter ce changement.
La COP 21 avait eu lieu à Paris du 30 novembre eu 12 décembre 2015,
Un accord international sur le climat a été validé par tous les pays participants, fixant comme objectif une limitation de la hausse des températures à 2 °C, d’ici 2100.
la COP 22 s’est tenue l’année dernière, en novembre 2016, à Marrakech (Maroc). Les Etats étudient comment respecter l’accord de Paris.
La Cop 23 a lieu à Bonn (Allemagne) du 6 au novembre 2017.
Pour lutter contre le réchauffement, il faut utiliser moins d’énergies polluantes, utiliser plus d’énergies renouvelables (panneaux solaires, éoliennes). L’énergie nucléaire est très dangereuse, avec la radioactivité.
Ne pas gaspiller, isoler les bâtiments pour utiliser moins de chauffage ou de clim, changer les machines des usines,…
Chacun peut aussi utiliser moins sa voiture, ne pas trop chauffer ou utiliser moins de clim, partir moins loin en vacances, acheter des produits fabriqués dans sa région, manger des produits locaux et bios…
Pour l’avenir de la planète et de l’humanité, il faudra trouver des solutions.
De nombreuses associations et partis écologistes font des propositions.

La Catalogne est une région d’Espagne.
Le gouvernement de cette région , ainsi qu’une grande partie des habitants, les Catalans, veulent que la Catalogne soit indépendante.
La Catalogne indépendante ne ferait plus partie de l’Espagne, ce serait un autre État.
Mais le gouvernement espagnol, ainsi que de nombreux habitants, ne veulent pas. Pour eux, la Catalogne doit rester dans l’Etat d’Espagne.
Le 27 octobre, le président de Catalogne, Carlos Puigdemont, a déclaré l’indépendance de la Catalogne.
Le président de l’Espagne, Mariano Rajoy, a décidé de le destituer : de lui retirer la présidence de la Catalogne, et de destituer tout le gouvernement Catalan.
Carlos Puigdemont est parti à Bruxelles, en Belgique où il y a le parlement Européen, avec 4 ministres. Les autres ministres ont été arrêtés et mis en prison par les Espagnols.
Le gouvernement espagnol a décidé de faire des élections régionales le 21 décembre 2017.
Il demande à la Belgique d’arrêter Carlos Puigdemont et de l’amener en Espagne.
Carlos Puigdemont dit que l’Europe doit s’occuper du problème. Il est près à rencontrer M. Rajoy à Bruxelles. Il souhaite se présenter aux élections régionales de décembre.
Des centaines d’indépendantistes catalans ont manifesté vendredi 3 novembre à Barcelone, pour réclamer la libération des huit ex-ministres catalans.
La société catalane est divisée en deux camps : ceux qui veulent être indépendants, et ceux qui veulent rester avec l’Espagne.
Il y a même des disputes dans les familles, entre amis.
Tout ceci doit se régler démocratiquement, avec des élections, des discussions.
Espérons qu’il n’y aura pas de violence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + 9 =